Pour une meilleure intégration des animaux en ville
 
Panneaux

La présence des animaux dans notre environnement quotidien n’est pas un phénomène nouveau. Chiens, chats, oiseaux et autres animaux de compagnie ont toujours été présents aux côtés des hommes et le sont encore, en Belgique, dans une famille sur deux.
Si le rôle extrêmement positif que jouent les animaux au niveau social, affectif, psychologique et même thérapeutique est aujourd’hui largement reconnu, leur présence dans notre environnement quotidien pose néanmoins un certain nombre de problèmes aux collectivités. Ainsi en est-il des déjections qui souillent trottoirs, parcs et autres espaces publics, des chiens en liberté sur la voie publique ou des problèmes de divagation, d’abandon, d’aboiements, etc ...
La présence des animaux en ville n’est cependant pas un phénomène nouveau. Nombre d’entre eux (chèvres, chevaux, ânes ...) ont même disparu du paysage urbain. Ce qui a changé par contre, ce sont :
* la ville - celle-ci (et donc ceux qui la construisent et la gèrent) ne tient pas compte de la présence des animaux, comme elle le fait trop souvent encore des humains :

habitats sans jardin, disparition et réduction du nombre d’espaces verts, élargissement des bandes de circulation automobile au détriment des zones piétonnes, accès limités ...
* les individus - en perdant nombre de ses valeurs, la société a plongé ses membres dans un monde d’égoïsme où le « chacun pour soi » est devenu la règle et les responsabilités se prennent de moins en moins.

Après avoir longtemps imaginé et mis en œuvre des mesures contraignantes et répressives, généralement inefficaces (elles n’ont bien souvent servu qu’à exacerber les passions autour de l’animal qui n’y est pour rien), les élus et responsables des services communaux sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à vouloir trouver des réponses positives et constructives, qui favorisent une bonne insertion de l’animal dans les espaces publics, qui informent etsensibilisent les maîtres à une « propriété responsable ».
Bref qui améliorent la qualité de la ville pour tous.
Depuis sa création en 1989, ETHOLOGIA a développé, avec et pour les communes belges, une nouvelle approche qui se veut positive et contructive. Comment ? En encourageant d’une part les conditions matérielles d’une présence harmonieuse des animaux dans la ville (équipements spécifiques) et en accompagnant d’autre par ces mesures d’incitants à une évolution favorable des comportements individuels.
Le but recherché n’est pas de développer la présence des animaux en milieu urbain mais de favoriser une cohabitation harmonieuse, acceptée et acceptable par tous, possesseurs et non-possesseurs d’animaux.



Pour atteindre cet objectif, la méthodologie développée par ETHOLOGIA SERVICES recommande :

1. l’aménagement de zones spécifiques

* espaces de liberté : l’animal éprouve le besoin physiologique de s’ébattre. Mieux vaut un espace réservé à cet effet que la rue, les chemins de promenade ou les plaines de jeux destinées aux enfants
* espaces sanitaires : réalisés avec des matériaux simples et harmonieusement intégrés à l’environnement, ils résolvent le problème des trottoirs souillés et le déasagrément des caniveaux, pelouses, parterres et taillis, guère appropriés à cet usage.

 

2. un suivi efficace
* de l’entretien : seul un entretien quotidien garantira le sentiment de propreté et encouragera à l’utilisation
* du matériel : des installations négligées s’avèrent rapidement dissuasives
* de l’utilisation : à partir du moment où la solution existe, il y a lieu de sanctionner ceux qui n’y ont volontairement pas recours

 

3. l’information à la population

Plus qu’informer, il s’agit de sensibiliser : éduquer, montrer, faire comprendre, donner des conseils, encourager ... par les moyens de communication dont dispose la commune et par d’autres à susciter ou créer. Les expériences menées prouvent à suffisance qu’il est tout à fait possible, dans ce contexte, de modifier et de faire évoluer les comportements.

C’est dans cette voie que travaille ETHOLGIA SERVICES en :

* animant le Club des Communes, lieu d’échanges et d’information, qui réunit une fois par an les élus locaux et les responsables de services communaux concernés
* proposant aux communes intéressées des pistes de réflexion et des conseils pratiques pour mieux aborder le problème
* les accompagnant dans la mise en place d’infrastructures adéquates et le développement de campagnes d’information et de sensibilisation efficaces
* développant des expériences pilotes telle celle de la commune de Jette qui a aujourd’hui à son actif près de 50 aménagements canins et prévoit l’équipement de tous se quartiers d’ici l’an 2000.